Vous êtes sur la page d'un concert de l'édition 2013

Les autres concerts de l'édition 2013:

Retour à la présentation de l'édition 2013

dimanche

8 septembre

12h30

Docteur Jekyll & Mr Hyde

Voix d'Afrique du Sud

Inédit

50 artistes - 10 concerts en plein air

Ray Phiri & Stimela - Thomas Chauke - Madala Kunene - Big Time ! - Impilo Mapantsula - Mpho & Uvimba - Bonzegiwe Mabandla

Programme

Big Time ! (CapeTown jazz / traditions du carnaval)


Rencontre au sommet entre le free musette du quartet français Braka & His Elephants et le jazz sud-africain de Little Giants, le projet Big Time ! invente un genre qui n’a pas encore de nom. Little Giants est né en 1999 dans les townships de Cape Town, où Ezra Ngcukana et Georges Werner décident de former un big band de musiciens entre 15 et 20 ans, pour les initier au Cape Jazz, un mélange hybride de la musique de carnaval, de l’héritage xhosa et du jazz américain qui débarqua dans les années 40 sur les docks du port. L’orchestre a depuis connu un succès croissant, les apprentis sont devenus professionnels et le big band s’est frotté à d’autres musiques. C’est donc dans un esprit festif d’émulation que Big Time ! interprète un répertoire aux références multiples, de la chanson française au jazz militant.

Impilo Mapantsula (Danse Pantsula)


Dans les années 80, les townships sud-africains de Johannesburg virent fleurir en pleine rue des attroupements de jeunes Noirs qui, dans leur fureur de vivre, inventent le mouvement d’une rébellion silencieuse et pourtant retentissante : IsiPantsula. Sublimation de scènes de la vie quotidienne et la traque policière dont ils étaient alors victimes dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, la danse pantsula est le domaine souverain de la jeunesse et se répand comme une traînée de poudre. Les townships inventent leur langage, leurs codes vestimentaires et sans cesse de nouveaux pas de danse. La compagnie Impilo Mapantsula rassemble quatre figures clés du mouvement, notamment Vusi Mdoyi, chorégraphe de la célèbre Via Katlehong, et Sello Modiga, pilier de la compagnie Real Action Pantsula, tous deux nés au début des années 80, ils grandissent dans le sillage post-apartheid. Impilo Mapantsula présentera un spectacle réunnissant théâtre, performance et danse pantsula sur une trame de musique house sud-africaine, et qui fait écho à la réalité des townships d’aujourd’hui.

Ateliers d’initiation à la danse pantsula avec les enfants.

Thomas Chauke (Shangaan / Tsonga)

« Pilier irremplaçable de la musique sud-africaine », « roi de la tsonga music », voilà ce qu’on peut lire dans la presse sud africaine à propos de Thomas Chauke.... Depuis 1980, la star du Limpopo, une province frontalière avec le Mozambique et le Zimbabwé n’a en effet pas cessé de défendre et de renouveler le genre Tsonga, la musique de cette région. Guitares et chœurs féminins en avant, Dr. Chauke a sorti trente-deux albums, tous classés disque d’or, de platine ou de double platine en Afrique Australe. Son parcours exceptionnel a été plusieurs fois récompensé : en avril 2013, deux nouvelles universités l’ont diplômé « docteur » pour l’ensemble de sa carrière. Pourtant, c’est la première fois qu’il jouera en France ! Au domaine de Villarceaux, entre chaque set de trente minutes, Thomas Chauke et ses cinq danseuses initieront le public aux pas de danse Shangaan, proches de la culture Tsonga.

Madala Kunene (Maskanda / Zoulou)

Dans un registre totalement différent, voilà une autre légende de la musique sud-africaine : Madala Kunene. A sept ans, Madala Kunene a quitté l’école, bricolé une guitare avec un bidon d’huile et s’est entraîné pendant des années sur la plage, à Durban. Plus de cinquante ans plus tard, il est devenu un guitariste-magicien, zulu à la voix d’or. Après avoir imité les stars du rock’n’roll dans les années 60, Kunene a inventé son propre style, baptisé le Madala line et inspiré des anciens rythmes de divination zulu. Chanteur, conteur, guitariste, Madala Kunene est surtout un musicien mystique, qui aime sonder de son groove entêtant les profondeurs de l’âme.

Mpho & Uvimba (Afro-jazz)

Née officiellement en 1994, la formation afro-jazz Mpho & Uvimba, a commencé par écumer les scènes de Guguletu et Nyanga, les townships de Cape-Town. Mpho Motheane, la chanteuse principale a éprouvé sa voix à l’église, petit fille, avant de s’intéresser de plus près au jazz dans les années 80. Entre Johannesburg et Cape Town, mégapoles dynamiques de l’Afrique du Sud, elle a nourri sa musique aux influences zulu, pour inventer un jazz dansant, populaire et à l’énergie contagieuse.

Bongeziwe Mabandla (Afro-folk/ Xhosa)

Jeune chanteur originaire de Tsolo, une petite ville de la province du Transkei, à l’est du pays, Bongeziwe Mabandla s’est installé depuis quelques années dans la banlieue branchée et créative de Johannesburg : Melville. Celui qui cite comme références des voix féminines comme Tracy Chapman, Lauryn Hill, ou Ayo s’est mis à la guitare au lycée, et a commencé à composer des balades afro-folk, en français ou en xhosa. Son premier EP, Umlilo, sorti fin 2008 a été produit par Paulo Chibanga, le batteur de 340 ML et de Tumi & The Volume. Voix sensible d’une nouvelle génération de songwriters, Bongeziwe Mabandla, chronique le quotidien d’une jeunesse confrontée aux défis de la société post-apartheid.

Ray Phiri & Stimela (Mbaqanga)

Figure de la contestation anti-apartheid, Ray Phiri est un artiste majeur de la « sono mondiale » des années 80. Né en 1947, dans la région de Mpumalanga, il débute sa carrière en tant que danseur, et son premier cachet lui permet de s’envoler vers son rêve : Johannesburg. Au début des années 80, il crée l’historique Stimela, dont le premier album Fire, Passion and Ecstasy, donne le ton. Ray Phiri refuse de se laisser enfermer dans un quelconque ghetto et sa fusion de jazz et de mbaqanga a une portée universelle et libertaire. Paul Simon fait appel à lui pour son projet Graceland, en rupture avec le boycott culturel anti-apartheid alors en vigueur dans la plupart des pays occidentaux. L’album prend le parti de montrer la vitalité artistique de la scène Noire en Afrique du Sud et l’égalité en noir et blanc. Le disque remporte le Grammy Award de l’album de l’année 1987 et avec Paul Simon, Miriam Makeba et Joseph Shabalala, le guitariste et arrangeur Ray Phiri fait le tour du monde pendant cinq ans. Le succès est total : Graceland s’écoule à 14 millions d’exemplaires à travers le monde. Depuis, il continue sa carrière prolifique et mélange toujours avec créativité les rythmes mbaqanga avec les échos contemporains du monde. En 2012, il a reçu aux côtés de Vusi Mahlasela, un MTN South African Music Awards pour saluer son « inestimable contribution à la musique sud africaine et à son rayonnement international ».

Présentation

Du cap de Bonne-Espérance aux rives du fleuve du Limpopo, l’Afrique du Sud déploie de vastes espaces et un paysage musical hors du commun. Le parc du Domaine de Villarceaux se pare cet après-midi des couleurs de la Nation Arc-en-Ciel pour un voyage musical enchanteur et réjouissant.

Big Time ouvre les festivités. Ce marching band jubilatoire issu des townships de la ville du Cap
puise son répertoire dans un doux mélange d’influences françaises, de jazz sud-africain et de traditions
du carnaval.
Sur les parquets de danse, Thomas Chauke, le roi incontesté de la musique shangaan, chante sur des rythmes endiablés, tandis que les membres d’Impilo Mapantsula rivalisent de virtuosité et se lancent
dans de vertigineuses figures issues du pantsula,
cette danse proche du hip hop, née dans les banlieues noires durant l’apartheid.
L’Afrique du Sud est sans aucun doute un grand pays
de voix et de guitare. Le jeu hypnotique de Madala Kunene envoûte et s’enracine dans la grande tradition zouloue des ménestrels dont il est l’héritier. Bongeziwe Mabandla chante d’une voix douce et aérienne un folk apaisant et raffiné aux accents anglais et xhosas. Plus loin, nous sommes portés par l’énergie et les intonations jazzy de la chanteuse Mpho et du groupe Uvimba.
Point d’orgue de notre aventure : le mélange des rythmes zoulous, mbube, blues et funk de la formation légendaire Stimela créée par le guitariste et chanteur Ray Phiri, fidèle complice de Paul Simon depuis le mythique album Graceland.

Manifestation organisée dans le cadre
des Saisons Afrique du Sud - France 2012 & 2013
www.france-southafrica.com

Les Saisons Afrique du Sud - France 2012 & 2013
sont organisées et mises en œuvre,
- pour la France :
par l’Institut français avec le soutien du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Culture et de laCommunication, du ministère de l’Éducation nationale, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, du ministère du Redressement productif, du ministère de l'Artisanat, du Commerce, et du Tourisme, de l’ambassade de France en Afrique du Sud
et du réseau des Alliances françaises. Président : M. Xavier Darcos. Commissaire général : M. Laurent Clavel
- pour l'Afrique du Sud :
par le ministère des Arts et de la Culture et le National Arts Council (NAC), avec le soutien du ministère des Sciences et de la Technologie, du ministère des Sports et des Loisirs, du ministère du Tourisme, du ministère du Commerce et de l'Industrie, du ministère de l'Enseignement supérieur, du ministère de l’Education, de l'ambassade d'Afrique du Sud en France et du South African Tourism. Président : S.E. M. Dikgang Moopeloa.
Commissaire général : M. Bongani Tembe

La Saison sud-africaine en France bénéficie en 2013 du soutien d’un comité de mécènes présidé par Luc Oursel, Président
du Directoire d’AREVA et constitué de : AREVA, Air France, Bouygues Travaux Publics, EDF, la Fondation Total et Mazars