Vous êtes sur la page d'un concert de l'édition 2013

Les autres concerts de l'édition 2013:

Retour à la présentation de l'édition 2013

mercredi

2 octobre

20h30

Yaron Herman

Distribution

Oneness : 

Jeff Mills (USA - Axis Records)

Emmanuelle Huynh, danse

1ère partie : 

Dowliners Sekt, Live (Fr/Esp - Infiné Records)

 

Présentation

Combinée à l’image, la techno de Jeff Mills a le don de propulser le public dans un monde où l’Homme et la machine fusionnent. En contraste, toutes lumières éteintes, l’électro de Downliners Sekt inviterait à une excursion sensorielle : un retour à soi.

Qu’une personnalité multiple comme Jeff Mills intitule son nouveau projet Oneness - « unité » - peut sembler un paradoxe. A moins que l’artiste, né à Detroit en 1963, pionnier de la techno minimale, DJ, compositeur, membre du label Underground Resistance puis créateur de sa propre structure - Axis Records -, starifié à l’ère des raves, vidéaste tout autant que passionné de Science Fiction, ne désire réunir la somme de ses talents et de ses visions en un seul spectacle ? La proposition, présentée pour la première fois en Europe après une date à Tokyo, tient en tout cas de la performance pluridisciplinaire, à la fois sonore, visuelle et dansée. Les images et les lumières jouent ici un rôle central : une boule qui grossit au fil du set indique qu’il ne reste que trois heures à l’espèce humaine avant de fusionner avec la machine. Prise elle-même dans ce compte à rebours implacable, la danseuse Emmanuelle Huynh, elle aussi en faveur de l’abolition des frontières artistiques, figure le corps qui résiste à la symbiose de l’homme et de la technologie, à moins qu’elle ne se prépare à la métamorphose. Dans cet espace en partage, entre anticipation, hallucination et transe, la techno invite la danse contemporaine à fantasmer l’humain à venir.

Avant les flashs et les images frénétiques de Oneness, le cube de La Gaîté lyrique sera plongé dans un noir complet. De quoi entretenir le mystère qui enveloppe le duo franco-espagnol Downliners Sekt. Peu d‘images de la nouvelle signature électro post-dubstep et/ou ambient IDM du label InFiné Music sont disponibles. Quand la dissimulation des visages, le refus des compromissions commerciales et l’intransigeance évoquent les codes de conduite d’Underground Resistance. A contre courant de quelques impatients rejetons de la French Touch, Downliners Sekt n’a pas d’autre plan marketing que le téléchargement libre et les Creatives Commons. Côté son, avant l’album à paraître cette année, la dernière parution date de septembre 2012 : Trim/Tab, deux titres dont le beat puissant mais indécis semble singer l’époque, tandis que percent en arrière plan des éclats r’n’b et soul, comme pour nous souffler à l’oreille que la vie et la beauté sont à portée, dissimulées derrière d’accessoires interférences. Politique de la rythmique, poésie de la mélodie.

En collaboration avec La Gaîté lyrique.