Vous êtes sur la page d'un concert de l'édition 2014

Les autres concerts de l'édition 2014:

Retour à la présentation de l'édition 2014

Distribution

Sonia Wieder-Atherton

Violoncelle

avec la collaboration musicale de

Bruno Fontaine

Piano


Laurent Kraif

Percussions

Présentation

“Ce que je sais c'est qu'elle bouleverse et qu'elle envoûte. Bien sûr.
Ce que je sais c'est que sa voix et son chant sont seuls à la suivre à un endroit d'où personne ne rentre inchangé.”

Sonia Wieder-Atherton

La violoncelliste Sonia Wieder-Atherton fait sien le répertoire d’une des plus grandes divas du XXe siècle : Nina Simone.

Comment s’étonner de la présence de Nina Simone dans une programmation construite autour de l’idée du tabou, elle qui, hors limites, n’hésitait pas à les briser tous ? Musicienne accomplie, elle fut une femme écartelée entre plusieurs identités qu’elle n’arriva jamais à fusionner hors de sa musique. Enfant, elle reçut une bonne éducation musicale, chérie par son professeur, une femme qu’elle appelait « sa mama blanche ». Ses études furent financées par une ville entière qui croyait en elle, Blancs et Noirs réunis. Adulte, elle fut durement sanctionnée par l’échec, au stade ultime de ses études classiques. Le rêve se brisa et avec lui sa vision harmonieuse du monde. Cet échec à l'Institut Curtis de musique (Philadelphie) s’avéra fondateur : « Injustice des concours ? Injustice de l’histoire ? Elle ne le saura jamais. » nous dit Sonia Wieder-Atherton. Ce qui est sûr, c’est que c’est en cette incertitude que reposent sans doute le tragique et la folie de son destin. C’est d’elle encore qu’a surgi la singularité de son art qui, s’il nous comble, la laissa à jamais insatisfaite.

Comment s’étonner de la rencontre entre Nina Simone et Sonia Wieder-Atherton, alors qu’au-delà des apparences, elles ont tant en commun ? L’une et l’autre, par nécessité, par goût, franchissent les tabous des genres et des répertoires. L’une et l’autre, body and soul, se donnent entièrement à la musique, capables de voluptueuses douceurs, d’explosions, de silences abyssaux toujours parfaitement maîtrisés. L’une et l’autre, passionnément unies à leur instrument.

Si, en concert, on n’entend pas la voix de Sonia Wieder-Atherton, elle ne cesse pourtant de chanter, à travers la diversité des répertoires qu’elle aborde avec son violoncelle : baroques ou contemporains, savants ou populaires. Les voix mêlées de Nina Simone et Sonia Wieder-Atherton seront accompagnées par Bruno Fontaine, pianiste et chef d’orchestre, artiste qui, comme elles, ne connaît pas de frontières musicales et passe avec brio de Mozart au jazz, aux musiques de films aux concerts classiques, et par le percussionniste et compositeur Laurent Kraif qui aime à explorer l’univers vocal et celui des multiples instrumentdes s de l’orchestre : "Je me suis immergée dans son répertoire, ses arrangements, son univers harmonique et son histoire aussi. Je voudrais lui prêter la voix de mon violoncelle, portée, accompagnée par le jeu aux multiples facettes de Bruno Fontaine, et par la poésie infinie des sons de Laurent Kraif."

En coproduction avec le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène nationale, avec le soutien du Musée national de Port-Royal des Champs.

En coréalisation avec le Théâtre des Bouffes du Nord.